Interview – Graphiste Montpellier

Depuis Avril 2013, Morgane ATGER s’est implantée sur Montpellier en tant que graphiste. Son studio graphique : L’Imaginée est spécialisé dans la communication et plus précisément dans deux domaines : le graphisme et l’impression. Découvrez ci-dessous l’interview de Morgane pour connaître ses influences et son parcours depuis ses débuts.


graphiste Montpellier L'imaginée
Qu’est ce qui vous a poussé à devenir graphiste ?

La créativité est le principal facteur qui m’a poussé à devenir graphiste. Le côté créatif m’éclate ! On a une certaine liberté, même si on doit respecter des codes graphiques. Je pense que ce qui me plait le plus c’est le fait de devoir sublimer un produit ordinaire.

Quel parcours avez-vous suivi ?

J’ai commencé par faire deux ans à l’académie charpentier à Paris. Durant cette formation, j’ai appris surtout la partie dessin, l’histoire de l’art, le packaging, le storyboard, les illustrations… C’était intéressant et très détaillé. Mais je ressentais l’envie de voir la réalité du monde du travail. J’ai donc décidé de me diriger vers des études plus courtes et donc vers quelque chose de plus professionnel. Je suis alors arrivée à l’école IFC de Montpellier pour passer un BTS design graphique en alternance. J’ai appris la rigueur du monde de l’entreprise et je me suis retrouvée confronté aux réelles attentes du marché.

Après cela, j’ai continué avec une formation diplômante et qualifiante au CETEC à Nîmes de décorateur/merchandiseur. J’ai appris comment mettre en avant un produit / un stand au sein d’un commerce ou d’un restaurant afin de générer du trafic dans les points de vente.

Avec cette formation, j’ai voulu me spécialiser pour gérer un projet dans sa globalité car beaucoup d’entreprises différencient leur communication de leur intérieur. Je trouve que ce qui fait la force d’une entreprise c’est que la communication et le visuel soient en harmonie, des supports print à la décoration.

« Ce qui est important c’est que le client retienne un univers »

Pouvez-vous nous décrire en quoi consiste le métier de graphiste, selon vous ?

Pour moi, le métier de graphiste consiste à traduire une idée par le visuel, apporter un sens créatif et original afin de démarquer une entreprise de ses concurrents et l’aider à trouver son identité. Cela permet également d’appuyer une certaine crédibilité et de mettre en avant les valeurs d’une entreprise. Finalement, on aide les professionnels à développer leur notoriété et faire adhérer la cible à l’image d’un produit. « On est un traducteur visuel. » 

Selon vous, pourquoi le graphiste a toute son importance dans le monde de l’entreprise ?

Faire appel à un graphiste c’est bénéficier d’un rendu homogène, professionnel qui permet de se distinguer de ses concurrents. Un graphiste aide à trouver le petit plus qui saura faire la différence dans une société aussi riche que la nôtre. Il est essentiel de sortir du lot.

Comment gérez-vous une commande dans sa globalité comme la confection d’un logo par exemple ?

Cela commence par la prise de rendez vous avec mon client au sein du studio L’Imaginée, sous forme de questionnaire. Je cherche à connaître les attentes du client, cerner ses goûts et comprendre le positionnement de l’entreprise. Je m’imprègne de l’univers du projet. Après avoir récolté les idées et effectué un travail de recherches auprès des tendances du marché et des concurrents, je définis deux pistes créatives.

Ensuite, je soumets mes propositions au client lors de la présentation en justifiant mes choix et en montrant les atouts de chacune des pistes. Il faut savoir que chaque proposition est une histoire à raconter, un univers à développer. A cet instant soit le client valide soit il ne valide pas et alors des modifications sont possibles pour qu’il puisse se reconnaître au maximum dans l’identité que je lui propose.

En moyenne, combien de temps passez-vous pour la création d’un logo ?

Cela dépend, il y a pas de temps défini. Cela dépend de l’interactivité avec le client, les modifications, les questions, s’il a une idée ou non de ce qu’il veut … En moyenne une commande pour un logo avec modifications dure un mois.

Quelles sont vos influences ? Influent-elles sur votre travail ?

Mon influence, c’est mon quotidien. Ce qui m’entoure m’influence ! D’une façon détournée, oui, ils influent sur mon travail, car chaque jour je découvre de nouvelles choses. On doit suivre la tendance au jour le jour. Tout peut avoir un sens, tout peut devenir un motif, une idée, un point de départ.

Pouvez-vous citer une phrase ou une expression vous pourrait vous caractériser ?

Tout est accessible, tu peux atteindre tes rêves, l’essentiel est de ne jamais se dire que c’est impossible.

Et pour finir, auriez-vous un conseil à donner aux futurs graphistes ?

Même si on dit qu’il y a énormément de concurrence, que le domaine du graphisme est très bouché, c’est surtout que c’est un métier éclectique où chacun peut apporter son style. Il faut aller au bout de sa créativité, l’entretenir et la nourrir jour après jour. Il faut garder à l’esprit que la créativité est la base du travail d’un graphiste.

 

 

[Réalisé par Laura KOZIEL – stagiaire en communication en juin 2015]